Crème de change Nivea baby
Le nez bouché , Que faire ?Causes et solutions !
15 août 2016

Rot, Hoquet, Régurgitations

Couches peau douce pas cher

Le rot est le renvoi de gaz que le bébé fait à la fin et parfois au cours de la tétée ou du biberon, Il est normal d’attendre qu’il ait « fait un rot » pour le coucher, car ce renvoi peut entraîner une régurgitation de lait. Vous le gardez, donc contre vous quelques minutes ou même un quart d’heure, mais il arrive que vous deviez le coucher car ce rot ne vient pas; prenez alors les précautions habituelles : placez-le sur le côté ou sur le ventre. Parfois il pleurera au bout de trente ou quarante minutes : prenez-le, il fait un rot et se rendort alors tranquillement.

Il arrive que votre bébé s’arrête au milieu de la tétée, refuse de continuer à boire, se tortille, semble gêné, crie un peu. Vous savez alors qu’il a besoin de faire un rot avant de poursuivre son repas, et en le prenant doucement contre vous, en lui tapotant le dos doucement, vous arrivez à l’aider. En général il reprend alors son repas sans difficulté.

Ce rot est le renvoi d’air dégluti pendant le repas, et de gaz produit pendant la digestion gastrique. Car la digestion dans l’estomac, chez le bébé, a pour caractéristique de produire une grande quantité de gaz.

L’estomac gonfle, appuie sur le diaphragme et déclenche ainsi des mouvements spasmodiques, le hoquet, beaucoup plus fréquent chez le bébé que chez l’adulte, beaucoup mieux supporté également, et survenant chez certains après chaque repas. La tradition populaire dit que les bébés ayant de fréquents hoquets sont « des bébés qui digèrent bien ».

Le hoquet est donc physiologique chez le tout-petit, ne vous en inquiétez pas.

Mais cette production de gaz a pour autre conséquence de déclencher un ou plusieurs rots parfois très loin d’une tétée, dans l’intervalle de deux repas ou juste avant le repas suivant. Cela est assez banal et n’est pas la marque d’un trouble de la digestion, ne signifie pas que le bébé « digère mal » comme on l’entend souvent.

Par contre ce renvoi de gaz entraîne souvent une régurgitation de lait pouvant être importante, capable de causer une certaine gêne. Chez le bébé de quelques semaines particulièrement, toute régurgitation importante peut encombrer le pharynx, l’arrière-nez, et entraîner un rejet par le nez. Le bébé, bouche et nez encombrés, a du mal à reprendre sa respiration, peut se cyanoser; mais en toussant, surtout si on l’aide en lui dégageant les narines, il va se mettre très vite à respirer normalement.

Cet épisode, banal dans les régurgitations abondantes, vous inquié­tera, mais il n’est jamais grave, et en tout cas beaucoup moins ennuyeux que le reflux dans les bronches susceptibles d’entraîner gêne respiratoire, toux et complications pulmonaires secondaires.

Le lait régurgité a souvent un aspect caillé, une odeur aigrelette et acide. Cela est normal, car la digestion a commencé depuis longtemps dans l’estomac. Si ces régurgitations sont abondantes, elles peuvent entraîner gêne et brûlures ; il convient alors de vérifier qu’il ne s’agit pas d’un «  phénomène de reflux » par insuffisance de fermeture de la partie supérieure de l’estomac, au besoin en faisant pratiquer des radiographies, et de mettre en œuvre un traitement approprié. C’est là un problème médical que nous aborderons plus loin.

Devant ce symptôme, nombre de parents disent «  il ne digère pas » ou « il ne digère pas son lait » et demande un changement de régime. Il n’est pas rare d’observer, effectivement, qu’un changement de marque de lait entraine une diminution des phénomènes de régurgitation; il faut bien reconnaître que le pédiatre ne comprend pas toujours par quel mécanisme cet effet a été obtenu, les mêmes catégories des divers laits étant des compositions vraiment très voisines.

Couches peau douce pas cher, absorption ultra rapide et douceur extrême pour un toucher agréable et un grand confort : )

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :

Comments are closed.